Accueil

Le discours du 14 juillet 2015

 

Je tiens d’abord à vous remercier très sincèrement pour votre présence, aujourd’hui, devant ce monument aux morts qui nous rassemble pour un devoir de mémoire.

Commémorer le 14 juillet 1789, c’est dire notre attachement à l’Histoire, à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui inspira de nombreuses démocraties dans le monde.

C’est dire aussi notre attachement à la République qui vit le jour en 1792.


 

Se retrouver et partager les valeurs de la République est un bel exemple d’union nationale. En France, pour les générations d’aujourd’hui la Liberté va de soi. Mais il est bon de se rappeler, aussi, que celle-ci a été conquise au fil des siècles, qu’elle n’est pas un cadeau du ciel, mais bien le résultat d’une volonté commune de ses habitants.

Célébrer le 14 juillet, c’est aussi illustrer à nos yeux l’accomplissement de l’unité nationale préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands Hommes auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant.

La République a créé des droits mais aussi des devoirs. Chaque citoyen est responsable de ses actes qui doivent s’inscrire dans une logique collective et non individualiste.

Il est essentiel de rappeler que la Liberté, l’Egalité et la Fraternité ne peuvent s’exercer sans responsabilités.

Bien sûr, cet idéal républicain a parfois tendance à vaciller, pris dans la tourmente d’une crise qui vient frapper à la porte d’un nombre croissant de foyers français. Mais plus que jamais, dans ces moments de tensions, il importe d’incarner davantage encore, ces trois grandes valeurs auxquelles il est indispensable d’adjoindre la notion de solidarité, prolongement naturel de celle de fraternité.



Ils sont nombreux à travers les siècles, celles et ceux qui ont combattu pour notre Patrie, pour la défense de ses libertés et de l’intégrité de son territoire. Aujourd’hui encore, les menaces et les atteintes à la paix, à la Démocratie et aux Droits de l’Homme partout dans le monde, nous appellent à la vigilance et à la lucidité.

Rendons hommage à nos soldats et à nos volontaires qui sont morts et meurent pour la France.

Rendons hommage à celles et ceux qui veillent au respect de l’ordre public républicain, à la préservation de notre sécurité quotidienne, sans lesquels, la liberté, l’égalité et la fraternité ne seraient que des formules vidées de contenu.

Le 14 juillet, c’est donc la Nation Rassemblée. C‘est pourquoi ce doit être une fête, une fête colorée, une fête populaire.



Plus que jamais, dans un pays en proie aux doutes et aux pertes de valeurs, nous avons besoin de réunir nos forces et nos talents, de faire cesser nos querelles secondaires et inutiles, de tenir un langage de clarté et de vérité.

La République est belle quand elle est généreuse ; elle ne peut l’être que si elle est respectée et que l’on n’abuse pas de ses largesses !

Le 14 juillet, c’est la fête de la République, cette République qui est un peu comme l’air que l’on respire, quelque chose dont on ne se rend compte que lorsqu’elle disparaît ou se raréfie.

C’est un bien qui mérite qu’on se batte pour lui, pour le préserver, pour l’enrichir, pour l’enraciner, le conforter…



La République n’est pas seulement une forme de gouvernement.

C’est une éthique, une manière de voir le monde, un mouvement, une espérance. C‘est la volonté de faire en sorte que les règles de la vie en commun soient élaborées par l’ensemble de ceux auxquelles elles s’appliquent.

Liberté, Égalité et Fraternité,

L’évocation de ces trois mots appelle spontanément en chacun la référence à un idéal universel qui a fait et fera, la grandeur de la France.

En accomplissant ce rituel, nous participons, à notre échelon, à perpétuer les valeurs républicaines si nécessaires et essentielles aujourd’hui à la défense de la Démocratie, seul rempart à l’arbitraire, l’oppression, la fatalité et l’intolérance.

C’est la fierté de la France, c’est notre fierté, c’est notre devoir.

Vive la France, Vive la République, Vive Albigny…

 

Jean Paul Colin

Maire d’Albigny sur Saône.



DISCOURS-JPC-DU-14-JUILLET-2015.docx DISCOURS-JPC-DU-14-JUILLET-2015.docx
16.62 Ko - 18/07/15

Dernières mises à jour