Accueil

La maison d'Albon

 

 

 

LA MAISON D'ALBON

 

Son nom lui fut donné en raison de son acquisition le 20 mars 1703 par Messire Claude-Joseph d’ALBON, Archidiacre de l’Eglise, Comte de Lyon et Seigneur Mansionnaire d’Albigny. La vente fut faite par Sieur Thomas de BOZE, Bourgeois de Lyon, qui avait acquis cette maison comme héritier testamentaire de Severin CHEZE, également Bourgeois de Lyon.

 

La vente était passée « moyennant le prix et somme de deux milles Livres, lesquelles deux milles Livres ont été compensées contre pareille somme que ledit Sieur de BOZE doit audit Seigneur pour le droit de succession à lui échu dudit Sieur CHEZE. »

 

Ce Sieur CHEZE en était devenu propriétaire par sentence d’adjudication par décret des biens de Sieur Joseph SAULLIER en date du 4 mai 1697.

 

La maison est revendue le 28 septembre 1781 par la famille d’ALBON, en l’occurrence par Haut et Puissant Seigneur Messire Camille Marie Alix Eléonore Marquis d’ALBON, Comte de St Marcel, Marquis de St Forgeux et autres places et de son Autorité Dame Jacqueline OLIVIER, son épouse, à Demoiselle Claudine SENEVAS, veuve de Sieur Pierre BEAL, Bourgeois de Lyon.

 

Le 22 frimaire an 9 (13 décembre 1800) les frères et sœurs BEAL, Jean-Baptiste, Catherine et Claudine, fils et filles de Claudine SENEVAS, revendent la maison à Louis RICHARD. Cette famille RICHARD/ BRUNEL en est toujours propriétaire.

 

 Les deux bâtiments composant cette propriété dateraient de 1554 environ et auraient sans doute été remaniés en 1572. Le contrat de vente de 1703 en indique la composition : jardin, verger, cour, maisons hautes et basses en plusieurs « membres » en mauvais état, pour une contenance d’une bicherée et demie (une bicherée de Lyon= 1293 m2).

 

En 1703, Claude-Joseph d’ALBON avait fait sculpter une pierre de réemploi avec la date de son installation à Albigny qu’il avait dû faire placer comme frontispice contre un mur de la propriété. En 1996, M. Richard BRUNEL (descendant de Louis RICHARD) la retrouve en plusieurs morceaux incorporés dans un mur de maison. Un moulage en est fait, visible contre un mur intérieur de la cour.

 

 

Vers la fin du XIX° siècle on retrouva également une importante pierre sculptée avec les armoiries de François Alexandre d’ALBON, chanoine Comte de Lyon, que l’on installe au sommet du grand portail actuel. Il s’agit d’un écartelé (divisé en 4 parties ou quartiers) au 1 (quartier supérieur

gauche) et 4 (inférieur droit) de sable (noir) à la croix d’Or (Albon) et au 2 (supérieur droit) et 3 (inférieur gauche) d’or au dauphin vif d’azur crété, oreillé et barbelé de gueules (rouge) ; couronne de Comte. Supports : à dextre un griffon contourné et à sénestre un lion couronné représentant les armes du Chapitre de l’Eglise de Lyon.

 

 

 

Notes : La gauche de l’écu se nomme DEXTRE, sa droite SENESTRE. Cette inversion vient du fait que l’écu est considéré non du point de vue du spectateur mais de celui du porteur qui tient le bouclier devant lui.

 

 

En 1997, trouvant la maison très délabrée, les propriétaires, réunis en SCI, décident de restaurer l’ensemble et de le transformer en logements locatifs.

 

 

 Ce fut l’occasion de découvrir des ouvertures, des arcades, des fenêtres à meneaux et des peintures murales.

 

 

La restauration de la Maison d’ALBON (/RICHARD) fut célébrée le vendredi 11 juin 1999 en présence des vice-Présidents de la COURLY et du Conseil Général du Rhône, Messieurs Jacques MEYER et Jean Jacques PIGNARD.

 

 

                                                                                                         Robert Perradin.

                                                                                                    Association Albiniaca,

                                                                                                              Mai 2018.

 

 

 


 

 

 


 


 

 

 


 

 




 

    




 

 



Dernières mises à jour