Accueil

Discours des voeux 2018

 

Discours du Maire à la cérémonie des vœux 2018

C’est parce qu’il apprécie Albigny et que nous partageons des valeurs communes, que David Kimeldfeld, Président de notre Métropole, a souhaité être présent parmi vous ce soir.

Je tiens à l’en remercié sincèrement.

Grâce à une gestion rigoureuse nous avons amplement investi pour voir notre commune se transformer, s’améliorer et devenir une collectivité conviviale où il fait bon vivre.

Et comme j’aime le répéter, tout cela, sans aucun emprunt et sans dette. Mais surtout sans avoir modifié, depuis de nombreuses années, la part communale des impôts locaux

A travers notre histoire, notre patrimoine et malgré notre particularité géographique, nous avons su préserver un esprit agréable de proximité.  

Nous avons rénové, adapté, restructuré, embelli et favorisé la vie de nos administrés ; pour une population qui nous renouvelle sa confiance depuis de nombreux mandats.

 

C’est surtout grâce au soutien important de notre Métropole que nous avons réalisé de nombreux travaux d’investissement ; Albigny existerait moins sans la Métropole, mais la Métropole n’existerait pas sans l’énergie du regroupement de ses 59 communes. 

 

Encore merci Monsieur le Président. Sans oublier notre cher Ministre de l’Intérieur.  

 

 

 A Albigny, nous sommes parvenus à maintenir un bon équilibre entre le social qui protège et le travail qui libère …

 Demain la nouvelle loi fiscale, sur la taxe d’habitation, nous obligera à mieux réfléchir et à travailler plus intelligemment sur nos investissements ; elle sera bénéfique et nous incitera à mutualiser nos équipements dans la mitoyenneté de nos communes…

 Il faudra faire des économies d’échelle et mettre en commun nos moyens humains, financiers et logistiques ; mais se sera bénéfique à la gestion du fonctionnement de proximité.

 Nombreux pensent que malgré leurs efforts, même s’ils travaillent dur en respectant les règles, leur destin et celui de leurs enfants leur échappent.

 

Notre société s’est divisée entre ceux qui peuvent choisir, maîtriser leur vie, leur emploi, et ceux toujours plus condamnés à subir : l’insécurité, la pauvreté, un pouvoir d’achat trop faible, et un accès difficile à la santé.

   Ces inégalités sont un moteur puissant de rancœur face à ce qui est vécu comme un « système » qui profiterait toujours aux autres et jamais à soi.

 A cela s’ajoute une crise morale de notre République à travers ses valeurs, ses droits et ses devoirs…

 

 

            Le Minimaliste, nécessaire, d’aujourd’hui n’est plus le courant « baba cool » de la fin des 30 glorieuses ; nous devons chacun à notre niveau nous investir sans attendre que l’autre le fasse à notre place et nous rapprocher de la notion de responsabilité ; vivre avec des règles simples, pratiques mais fraternelles.

 

Notre époque est à la charnière entre deux mondes. Un monde qui s’éteint, parfois progressivement, parfois brutalement, et un autre que nous avons le devoir d’imaginer. Cela nous concerne tous, collectivement et individuellement.

  

Pour y parvenir, nous devrons continuer à nous adapter.  

   S’adapter ne signifie pas faire table rase du passé, détruire ce qui fonctionne ou renoncer à ce qui fait notre singularité.

 S’adapter, ce n’est ne pas subir, ou vivre ces mutations comme une contrainte ; mais comme des opportunités.

 Cela exige du courage, de la lucidité et beaucoup d’implication.

 C’est un défi que notre pays devra relever, sous l’autorité du Président de la République et du Gouvernement.

 Mais si l’Etat fixe le cap, ce sont nos Collectivités qui possèdent les principaux ressorts pour y parvenir.

 

Car c’est au sein de nos villes que se tissent la solidarité au quotidien ; au sein de nos écoles qui transmettent les valeurs de la République et aux quatre coins de nos rues que se construit ce si précieux vivre-ensemble.

 Le monde, c’est aussi l’urgence climatique qui pose un ultimatum ; la révolution numérique qui bouleverse nos manières de travailler et d’exister, à travers un modèle de croissance durable à réinventer.

 Ce ne sont pas les hommes politiques qui doivent régner mais c’est le peuple qui doit régner à travers les hommes politiques. Voilà ce pour quoi nous sommes là afin de mettre en place le programme avec lequel nous avons été élus. Si les électeurs nous ont donné une belle majorité c’est parce qu’ils croient en nous.

 

Je veux simplement vous dire, chers amis, qu’en ces temps troublés et agités, dans un monde en perpétuel mouvement, dans un contexte de relations internationales fragilisées, nos institutions doivent être un cadre rassurant pour les citoyens.

 

 Ces institutions, dont la commune fait partie, doivent protéger, servir et accompagner l’épanouissement individuel.

 Il est urgent de remettre nos vrais « Valeurs » au milieu du Village. N’y voyez pas, par cette expression, une entorse aux principes de laïcité, mais uniquement une image forte permettant d’illustrer la nécessité de revenir aux fondamentaux de la République.

   La fraternité est trop souvent bafouée, par des idéologies intégristes, par des politiques politiciens et par des divisions et blocages multiples.

 Il faut retrouver le sens du respect, de la dignité et du travail bien fait...

 

  Si trop souvent l’homme a un comportement excessif c'est parce qu'il n'a pas su exprimer ses sentiments et ses valeurs par des mots et que ses seuls recours sont les gestes et la force physique, mais la tolérance ne doit pas pour autant engendrer l'intolérance et le laxisme.

 Nous devons avoir le courage de nous interroger très objectivement sur l’avenir que nous allons transmettre à nos enfants…

 

 Solidarité, Qualité de vie, Développement Durable et Economie doivent être nos maîtres mots.

 Nous sommes à la croisée de chemins ou nous traversons une période de turbulences, pris dans le choc de forces contraires…

 D’un côté, ceux qui semblent ne plus avoir rien à perdre parce qu’ils n’ont jamais rien eu.

 D’un autre côté, des personnes qui entendent que leur Droit mis en place soit respecté.

 Le débat politique est ainsi fait… Mais il faut toujours se méfier quand il devient aussi binaire.

 

La mondialisation est inévitable, si ne nous l'intégrons pas dans notre système de pensée nous irons vers une décadence de la démocratie.

  L'avenir se construit ensemble, dans le respect de nos valeurs communes.

 Nous devons chacun à notre niveau, être attentif, à nos compatriotes, nos voisins, mais aussi à ceux qui à des milliers de kilomètres sont dans la détresse, la famine, la maladie ou qui vivent dans la persécution au quotidien.

 Certes, me direz-vous, nous ne pouvons pas porter toute la misère du monde sur nos épaules ; bien sûr, mais en prendre conscience c'est déjà un premier pas.

 Je souhaite la bienvenue à toutes celles et tous ceux qui ont rejoint notre village en venant s’y installer cette année, vous avez fait le bon choix…

 Vous y trouverez des écoles publiques de grandes qualités et très enviées, de nombreuses associations sportives, culturelles et de loisirs, dont les bénévoles se donnent sans compter ; un personnel municipal loyal et très dévoué et bien sur des élus sympathiques, disponibles et compétents.

 

Sans oublier un Cadre de Vie exceptionnel à quelques kilomètres de cette superbe ville de Lyon.     

 

Pour être Elu ; Pour être Dirigeant, Il faut avant tout, aimer les gens, aimer sa collectivité, aimer son entreprise et le reste s’apprend avec un peu de bon sens et beaucoup d’ouverture d’esprit.

 

A la fin de ce mandat, j’aurais plus de 30 ans de vie d’élu d’une collectivité (1 mandat d’adjoint dans les Ardennes, 1 mandat d’adjoint à Albigny + 3 mandats de Maire) et 40 ans de dirigeant d’entreprise, je ne me suis jamais engagé dans une démarche dogmatique, je n’ai jamais adhéré un parti Politique ; j’ai serré la main du général De Gaulle et de Fidel Castro ; j’ai fait Mai 68 ; Et aujourd’hui je me revendique comme étant un « Humaniste Liberal ».

 Et je suis fier d’avoir voté pour notre ardent et compétent Président de la République, Emmanuel Macron.

 Ayons confiance en lui ; il apporte à la France une vision nouvelle, objective et prometteuse ;

 Ayons confiance en nos jeunes qui transcendent nos idées reçues ;

 Ayons confiance en nos nouveaux chefs d’entreprises qui croient en une économie responsable et solidaire ;

Ayons confiance les uns dans les autres pour surpasser nos difficultés dans le respect de tous ;

 Confiance en ces jeunes, du C.M. d’enfants qui sont devant moi pour nous ouvrir une voie nouvelle.

 

CONFIANCE en notre AVENIR, C’est le Vœu que je formule pour cette nouvelle année 2018. 

 L'enthousiasme, c'est peut-être tout simplement des petits riens qui font évoluer notre quotidien devant ce monde imprévisible.

 Ayons l'audace d'entreprendre et la fermeté de s'y tenir, c'est à mes yeux une éthique, valable aussi bien sur le plan personnel et professionnel que pour tout engagement dans la vie Publique.

  

 Je souhaite que chacun puisse trouver la force d'admirer, d'aimer, de se respecter, et de se relever après l'épreuve, dans l'incessant combat que nous devons mener pour la dignité de chacun. Que nous trouvions l'énergie pour profiter de ce renouveau qui s’offre à nous, pour dominer la crise morale et culturelle qui nous menace.

   Mes chers amis, par-delà vos âges, vos métiers, vos sensibilités et vos difficultés, je souhaite vous adresser au nom du Conseil Municipal mes vœux les plus respectueux, les plus chaleureux et les plus sincères.

 

 

 

                              Jean Paul Colin

 

                       Maire d’Albigny sur Saône

Cliquez sur le lien pour voir la vidéo : http://www.mairie-albignysursaone.fr/video-albigny-sur-saone/148/discours-des-voeux-2018